La Normandie et la nationale 13

L’autoroute qui mène de Paris en Normandie fait 225 kilomètres de long et s’arrête à Caen. C’est la plus ancienne autoroute de France et elle fut aménagée par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale. Ce n’est pas parce que cette autoroute A13 s’arrête à Caen qu’il n’y a plus de routes au-delà. De Caen, l’autoroute A58 vous conduit au Mont Saint-Michel et en Bretagne tandis que la nationale 13 vous fait poursuivre votre voyage jusqu’à Cherbourg. Cette nationale 13 a des airs d’autoroute, puisque par endroits la vitesse maximum est de 110 kilomètres heure. Toutefois, la nationale 13 mérite d’être découverte doucement, voire lentement. C’est là, entre Caen et Cherbourg, qu’ont eu lieu les grands événements du jour J. C’est là, sur les plages le long de la nationale, qu’ont débarqué les alliés le 6 juin 1944.

Plages du débarquement en Normandie

Plages du débarquement en Normandie

Presque 75 ans après, certaines plages portent encore les traces et les plaies de cette grande invasion. Aujourd’hui, la mer de couleur verte se tient tranquille et de douces vagues balancent des algues mortes sur le sable. Le soleil réchauffe des dizaines de croix blanches qui sont parfaitement alignées au bord de la mer sur des gazons aux brins d’herbe millimétrés au cimetière américain d’Omaha Beach. Il n’y a plus de bruit par ici, et le silence est même pesant par moments. Des canons allemands sont toujours en position, menaçants depuis les blockhaus, mais depuis le jour J ils sont inoffensifs. Sous l’eau reposent encore des épaves d’avions et de navires. Et sur les fonds marins on trouve régulièrement des obus qui n’ont pas encore explosé. Même à ce jour.

Blockhaus allemand à Longues

Blockhaus allemand à Longues

Le Mur de l’Atlantique avait une longueur de presque 4.000 kilomètres et avait été bâti depuis la Norvège jusque dans le sud de la France. Cette ligne de défense avait été mise en place par Hitler pour empêcher une invasion alliée depuis l’ouest. Le héros de l’Afrika Korps vaincu, renard du désert et maréchal Erwin Rommel, commandait cette ligne qui n’avait pas pu résister au débarquement. En juin 1944 les alliés prirent au dépourvu la Wehrmacht allemande. Les plages qui avaient des noms de code comme Utah Beach et Omaha Beach forment aujourd’hui encore le symbole de l’opération Overlord. Surtout à Omaha les Américains subirent de lourdes pertes: 2.000 rien que le jour J. Près de 10.000 soldats qui ont payé de leur vie la paix et notre liberté reposent au cimetière américain d’Omaha. Les croix blanches témoignent de leurs noms ainsi que de leur unité et du jour où ils sont tombés. Mais certaines croix portent le texte “Here rests in honored glory a comrade in arms known but to God”. Des soldats inconnus. Le cimetière est beau et impressionnant, mais triste avant tout.

Cimetière américain d'Omaha Beach

Cimetière américain d’Omaha Beach

Le long de la nationale 13 se trouvent également les cimetières des adversaires, comme celui de La Cambe. Leur apparence est plus dramatique encore que c’est le cas pour les champs d’honneur alliés. Les morts reposent à plusieurs dans une tombe. Par-ci et par-là ont été posées des croix à même le sol ainsi que des plaques. Mais surtout, et contrairement aux cimetières américains, on y a inscrit les dates de naissance des victimes, ce qui rend moins anonymes ces tombes. L’âge des garçons enterrés là est troublant et révoltant: 17 ans, 18 ans, 19 ans. Tout comme leurs adversaires et ennemis, ils ont été sacrifiés sans pitié dans une guerre dénuée de tout sens.

Champ d'honneur allemand de La Cambe

Champ d’honneur allemand de La Cambe

La Normandie vous fait faire connaissance avec ses dunes de sable, ses plages qui sont inondées à marée haute, ses rochers, ses villages pittoresques et ses vergers. Mais en Normandie on n’échappe pas aux cicatrices laissées par la seconde guerre mondiale. De nombreux musées invitent les visiteurs à revivre l’histoire d’il y a 75 ans. Un musée unique en son genre est celui de Sainte Mère Eglise. Cette ville fut liberée la première le 6 juin et accroché au clocher de l’église, on aperçoit un parachute avec un  mannequin. Ce parachute commémore le parachutiste américain John Steele qui resta accroché en cet endroit pendant de longues heures le jour J, incapable de bouger, pendant que les cloches sonnaient et le rendaient sourd.

Eglise de Sainte Mère Eglise

Eglise de Sainte Mère Eglise

Omaha Beach a son propre musée aussi, ainsi qu’Arromanches un peu plus loin. Les musées exposent des véhicules, des uniformes, des armes et montrent de fascinants documentaires d’époque. A chaque visite on manque de temps pour tout découvrir. C’est à Arromanches que fut construit l’un des deux ports artificiels à l’aide de pontons Mulberry. Ces pontons en béton furent remorqués depuis l’Angleterre pour abriter les navires d’approvisionnement alliés amarrés en Normandie. Ces pontons sont toujours là pour une partie, même s’ils n’offrent plus aucune protection devant cette côte qui est souvent malmenée et ravagée par de violentes tempêtes.

Musée Sainte Mère Eglise

Musée Sainte Mère Eglise

Des dizaines de musées en Normandie, grands et petits, ont pour thème le débarquement de 1944. On y trouve également de nombreux cimetières et des complexes fortifiés. Tous les blockhaus ne sont pas accessibles cependant. Cela vaut le coup de visiter la Batterie de Longues. C’est de là que les Allemands faisaient feu sur les alliés avec leur artillerie. Le site abrite les seuls blockhaus où les canons n’ont pas été démantelés et ils donnent une impression étouffante des conditions de vie et de combat au petit matin du jour J.

Pontons Mulberry

Pontons Mulberry

La page tragique de ce temps-là n’est pas encore tournée, mais heureusement la Normandie propose bien davantage que le passé. Le cidre et le calvados distillé depuis le cidre, sont des spécialités locales qui sont réputées en France et bien au-delà de nos frontières. Localament on sert un petit-vélo, un mélange de calvados et de vin blanc. Grâce à la proximité de la mer, beaucoup de visiteurs sauront apprécier les huîtres, les coquilles saint-jacques ou les ormeaux avant de terminer un repas par l’un des nombreux fromages normands. La Normandie en effet est une région où l’histoire, la culture et la gastronomie vont de pair.

Au bout de l’autoroute A13, pourquoi ne pas prendre la nationale 13 pour découvrir tout cela? La Normandie et vous-même méritez cette découverte!

La Normandie et la nationale 13
5 (100%) 3 vote[s]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *